Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

À lire, chère future maman!

Première grossesse? Lis ceci attentivement!

Tu es enceinte pour la première fois? Eh bien félicitations! La plus belle des aventures t’attend! L’aventure qui changera toute ta vie, qui modifiera tes perceptions, tes priorités, tes actions et tes pensées. Il s’agit de l’aventure qui donnera à ton existence tout son sens le plus pur. C’est vraiment tout ton être qui va être changé, je te le dis!

Pourtant… alors qu’il m’a fallu 2 années de Cégep et 4 années d’université (dont 3 stages) pour devenir enseignante, rien ne nous prépare réellement à être maman… à être parents! Certes, si tu décides de suivre des cours prénataux, tu obtiendras certaines informations, tout comme si tu lis beaucoup de livres sur le sujet. Mais il y a toujours certains éléments qui semblent… tabous. Il y a des sujets dont on ne parle pas ouvertement ou du moins, on ne le fait pas sans rougir ou regarder ailleurs. Aujourd’hui, j’ai décidé de brisé certains tabous. Ayant discuté avec plusieurs mamans (merci d’ailleurs à toutes celles ayant répondu à notre question sur Facebook!), je me suis rendue compte que certains sujets méritaient d’être discutés afin que toutes les prochainement-mamans soient tout simplement au courant. Question de ne pas trop paniquer le moment arrivé! Voici donc certains points que tu, future maman (et futur papa…) dois absolument savoir avec le jour J.

 

Un accouchement intime… mouais messemble…

Un accouchement intime, à l’hôpital, c’est presque impossible. Il y aura toujours des membres du personnel qui viendront prendre tes signes vitaux, vérifier ta dilatation, prendre ta pression, vider ta corbeille… Tu auras quelques machines autour de toi donc… C’est leur travail, et rien de sert de crier “Lâchez moi!”. Par contre, sache qu’il t’est possible de leur demander (gentiment) d’espacer leurs apparitions, surtout si tu tentes un accouchement naturel et paisible. Un bon plan de naissance pourrait prévenir les infirmières que tu souhaites, autant que possible, demeurer seule / avec papa dans la chambre, afin d’entrer dans votre bulle. Il est certain que certaines situations feront en sorte que ceci sera impossible (maman qui est malade, péridurale, bébé en détresse / à surveiller…) mais règle générale, si maman se porte bien, elle peut être laissée tranquille pour de plus longues périodes.

 

La phase du désespoir

 

La plupart des femmes qui accouchent par voie vaginale vivront une phrase du désespoir, phase précédant de près la naissance du bébé. Pendant cette période, la maman sera fâchée, dira haut et fort qu’elle en a assez, qu’elle ne veut plus accoucher, qu’elle ne sera pas capable, que papa est don ben un *$(@!! de *(#)!#?$ pour lui faire subir le tout… Et chère future maman, tu le penseras probablement sincèrement. Tu diras à ton conjoint que c’est FINI après, tu ne veux pas d’autres enfants. Eh bien sache que cette phase est normale et annonce habituellement l’approche de l’expulsion. Vis-là, et aucunement besoin de t’excuser par la suite. Ce n’est pas toi qui parle, mais ton cervix qui approche le 10cm de diamètre. Ce n’est pas peu. Le médecin s’en fait dire aussi des bêtises (#guilty) mais encore là, ce ne sera ni la première, ni la dernière fois qu’il entendra des beaux gros jurons!

 

J’ai-tu fait caca?

Ben oui, future maman. Tu a bien lu. Ceci fera partie des questions que tu poseras à ton chum, en toute intimité, regrettant presque immédiatement de l’avoir posée. Mais si tu ne la poses pas, ça va te gosser; tu veux savoir sans vraiment le savoir. Ben je peux te le dire tout de suite: il y a de fortes chances que oui, tu auras fait un p’tit cadeau en poussant. So what? Tu vas t’en remettre, et le papa aussi. Pis le docteur? Il va être occupé à vérifier ton bébé; il s’en fout pas mal. Tu devrais faire pareil.

 

Et si ça peut te rassurer, comme un premier accouchement peut être long, il y a de fortes chances que tu manges peu (même si tu devrais te garder nourrie quand même, sans le gros buffet bien sûr) donc tu risques d’avoir le temps d’aller à la salle de bain avant le moment de pousser. Mais si ce n’est pas le cas… tu sauras maintenant à quoi sert le sac de plastique jaune, attaché et installé au bout du lit, près de tes pieds…

 

J’ai-tu fait pipi?

Va relire la section d’avant. Change le mot caca pour pipi. Et voilà…

Mais parlant de pipi…

Là, on va entrer dans un sujet justement tabou. Un sujet que tout le monde évite, mais que la plupart expérimente… les pertes urinaires post-accouchement. Si tu penses que d’éternuer sans faire pipi est difficile en fin de grossesse, tu n’as rien vu. Sans blague. Je me rappelle encore de la première fois que j’étais seule dans ma chambre, après avoir accouché de mon premier fiston (un beau gros beubé de presque 10 lbs). Je me suis dis “tiens, je vais aller me laver les mains”. Belle erreur. Incapable d’arrêter le tout, j’ai dû appeler l’infirmière presque en pleurant pour lui avouer que j’avais fait pipi sur le plancher devant le lavabo.

Je me suis dis “Ah, c’est juste une malchance”. Bien non. Le tout s’est reproduit à quelques reprises. À la maison. Au magasin après un petit rire nerveux. En visite après un apichou retenu dans l’optique de ne pas réveiller bébé qui dormait (enfin). En sortant du lit. En entrant dans le lit. Je me suis dis “Ca y est; je suis incontinente”. Ben non, c’est juste ton plancher pelvien qui est fatigué. Il a travaillé fort et a décidé de prendre un break. Mais la bonne nouvelle, c’est que c’est un muscle. On peut le retravailler. Mais comment on travaille ça, un muscle pelvien? Oublie le gym; ce n’est pas le bon endroit. Les burpees ne t’aideront pas non plus. Le mot clé: Kegels.

Les Kegels… ce mot, tu l’entendras souvent. Le médecin va t’en parler, les infirmières aussi. Tes amies aussi, sûrement. Pis là, moi aussi je t’en parle! Mais comme c’est un sujet intéressant et très important, il mérite vraiment d’être le sujet principal d’un article… alors reste à l’affût! Dans quelques jours, je te parle de Kegels… et je te propose un super concours!

Oh yeah! Je te donne un indice…  Et non, ce ne sont pas des ballounes d’eau….

 

 

 

 

 

 

 

Un peu plus sur l’auteure

Marie Quirion

Bonjour! Alors…Marie Quirion, c’est qui? Eh bien voilà: je suis une enseignante d’anglais depuis 2008, mais qui enseigne également en entrepreneuriat, en citoyenneté numérique et média, et en ECR. À temps partiel, je peux également me qualifier d’infirmière, de psychologue, de cuisinière, de ménagère, de traductrice, de clown, de coiffeuse, de maquilleuse, de taxi driver, de coach… Je suis une femme occupée, ma foi! Mais le rôle qui me définit le plus, celui que je comble depuis début 2010, ne fait pas partie de la liste ci-dessus. Effectivement, j’ai “oublié” de mentionner que j’étais également la mère de trois bundles of joy: Félix (7 ans, 2010), Zoë (6 ans, 2011) et le p’tit dernier, mais non le moindre, Léo (4.5 ans, 2012), aussi appelé Nidas. Comme dans Léonidas, le roi Sparte. Vous savez, celui qui aimait se battre? Bien c’est lui. Mais on y reviendra, si vous le voulez bien! Heureusement, mon mari et moi formons une bonne équipe qui ne peut être abattue aussi facilement que les personnages dans 300… ! Alors voilà, je vous parlerai de sujets qui me tiennent à cœur, qui me passionnent, qui me choquent ou tout simplement qui me passent par la tête au moment où je suis assise pour écrire! Au plaisir de discuter avec vous!

Pour voir les autres articles de Marie c’est ICI!

Share this article

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

No Comments Yet.