Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Une rentrée 2.0

Au moment d’écrire ces lignes, nous sommes le dimanche 23 août. Plus que 2 jours avant que je n’embarque dans une toute nouvelle aventure: la rentrée scolaire. Ce n’est pas ma première rentrée; bien au contraire. Après avoir tenu le rôle d’élève puis d’étudiante pendant 18 ans, j’entame ma 12e rentrée en tant qu’enseignante. Mais celle-ci, on ne se le cachera pas, me cause davantage d’angoisse que ma toute première, en 2008. 

Alors qu’habituellement, c’est un sentiment de fébrilité qui m’habite, cette année, j’avoue être nerveuse. 

Les questions que je me pose habituellement sont principalement les suivantes:

  • combien d’élèves aurai-je par groupe? 
  • quel sera mon horaire (et aurai-je des journées de congé!)?
  • est-ce que mes livres seront arrivés à temps?
  • où ai-je enregistré mon document de bienvenue?
  • QU’EST-CE QUE JE VAIS PORTER? (accompagné de j’espère que mon linge propre me fait encore!)
  • Où donc sont mes sandales confortables (moi qui passe l’été pieds nus ou en gougoune!)

Des questions banales, j’en conviens. Des questions auxquelles les réponses ne me sont pas vraiment anxiogènes. J’ai hâte de savoir, mais ça ne m’empêche pas de dormir. Je sais que j’aurai relativement rapidement mes réponses et une fois le tout enclenché, je pourrai tout simplement faire ce que je dois faire… et je le fais avec plaisir: enseigner. Car oui, j’aime mon travail. Vraiment.

Mais cette année, les questions qui me tiennent réveillée à 3h du matin n’ont pas encore de réponses très claires.

  • est-ce que je vais enseigner avec un masque? Vive la buée. Et les boutons.
  • Est-ce que je porterai une visière? 
  • Est-ce que je pourrai faire mes projets de groupe? 
  • Comment vais-je évaluer mes élèves oralement? 
  • Vais-je devoir désinfecter (ou laisser en quarantaine) les documents que je ramasserai?
  • À quelle fréquence devrai-je m’absenter, si un de mes enfants présente un ou des symptômes? Tsé, le nez qui coule, c’est relativement habituel, en septembre. 
  • Devrai-je prendre ma température corporelle tous les jours?
  • Devrai-je me faire tester dès qu’un élève ou un autre membre du personnel que j’ai côtoyé présente des symptômes? 
  • Vais-je recevoir des appels en classe, me demandant d’aller chercher un de mes enfants à l’école?

Ces questionnements peuvent sembler anodins pour quelqu’un qui travaille, par exemple, dans le milieu de la santé. Car ce sont probablement des questions que ces personnes se posent depuis longtemps. Mais en enseignement, ce n’est pas notre réalité. Alors il est tout à fait normal de ressentir de l’angoisse jusqu’à un certain point.

Les commentaires que j’entends, ou que je lis sur les réseaux sociaux, n’aident pas. En guise d’exemples:

  • les profs chialent juste pour travailler de la maison;
  • ils n’ont pas le droit à un traitement spécial;
  • les profs ne veulent juste pas retourner travailler, mais come on, ils sont payés plein salaire depuis mars. 

Ces commentaires ne sont pas uniquement péjoratifs: ils sont incroyablement faux. Oui, l’enseignement à distance a été notre réalité au printemps dernier, mais ce n’est pas ce que nous avons préféré, pour la plupart. Le contact humain est à la base de l’enseignement;

  • un clin d’oeil encourageant;
  • une petite tape dans le dos;
  • un regard rassurant;
  • un thumbs-up encourageant;
  • etc.

Difficile derrière un écran. Un écran qui parfois ne projette que des écrans noirs. Toute notre pédagogie doit être revisitée et retravaillée et ce, en un clin d’oeil.

Je vois la rentrée comme quelque chose de gros cette année. J’essaie de me dire “ce qui arrivera, arrivera. Que sera, sera. Whatever will be, will be. C’est pourquoi j’ai écrit ce texte avant la rentrée. Je le publierai après. Afin de démontrer comment je me sentais à quelques jours du jour J, et pouvoir comparer avec ce-dit Jour J une fois qu’il sera passé.


Marie Quirion

Un peu plus sur l’auteure

Bonjour! Alors…Marie Quirion, c’est qui? Eh bien voilà: je suis une enseignante d’anglais depuis 2008, mais qui enseigne également en entrepreneuriat, en citoyenneté numérique et média, et en ECR. Je suis également Mère Nature, dans le secteur de Joliette, pour la compagnie Planette produits écologiques. À temps partiel, je peux également me qualifier d’infirmière, de psychologue, de cuisinière, de ménagère, de traductrice, de clown, de coiffeuse, de maquilleuse, de taxi driver, de coach… Je suis une femme occupée, ma foi! Mais le rôle qui me définit le plus, celui que je comble depuis début 2010, ne fait pas partie de la liste ci-dessus. Effectivement, j’ai “oublié” de mentionner que j’étais également la mère de trois bundles of joy: Félix (10 ans, 2010), Zoë (8 ans, 2011) et le p’tit dernier, mais non le moindre, Léo (7 ans, 2012), aussi appelé Nidas. Comme dans Léonidas, le roi Sparte. Vous savez, celui qui aimait se battre? Bien c’est lui. Mais on y reviendra, si vous le voulez bien! Heureusement, mon mari et moi formons une bonne équipe qui ne peut être abattue aussi facilement que les personnages dans 300… ! Alors voilà, je vous parlerai de sujets qui me tiennent à cœur, qui me passionnent, qui me choquent ou tout simplement qui me passent par la tête au moment où je suis assise pour écrire! Au plaisir de discuter avec vous!


Share this article

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Comment
  • Annemary Kwakernaat
    septembre 14, 2020

    omg i was so touched with your story Marie,, i had some tears,,, i know this is a difficult time for you as a teacher and as a mom,,,, but we will go thru this together and i will always be there, just give me a call and i will be there in a heart beat….if we all take all the precaution needed we might just make it thru. love you xxxx your Momzie